Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Jardinage-entomologique

Ce petit gîte est installé depuis près de 20 jours chez un jardinier amateur, amoureux du jardinage biologique. Il l’a disposé sur le tuteur d’un pêcher à 1 mètre du sol.

Depuis son installation, le refuge a commencé à s’imprégner de l’« odeur » des lieux. Exposé à la chaleur, aux intempéries, le refuge doit évoluer naturellement.


 

Qu'y-a-t-il à l’intérieur ? Ce refuge est muni d’un toit ouvrant pour faciliter les observations. Mais attention, un refuge trop longtemps ou trop souvent ouvert perd son efficacité !



 

Le jardinier a eu l’ingénieuse idée de mettre des fragments de branches d’arbres à l’intérieur pour y faciliter la venue de certains insectes. Mais lesquels ?

 

Apparemment il doit y avoir du monde ! Une première espèce est visible : le forficule (Forficula auricularia), appelé plus communément le perce-oreille. 8 individus ont été observés et se partagent le gîte. Pour la lutte biologique contre les pucerons, la forticule se nourrit de pucerons, d'araignées rouges, de larves et d'oeufs d'insectes. Elle est donc d'une grande utilité pour le jardinier. Les forficules ont une activité principalement nocturne et se cachent dans le gîte pour y dormir dans la journée.

 

N’oublions pas d’autres insectes qui peuvent avoir une activité de journée et qui viendraient se réfugier pour la nuit. En effet, on retrouve bon nombre de petits excréments au fond du gîte.

 

Les forticules cohabitent apparemment bien avec une autre prédatrice de la famille des arachnides. Une petite araignée s’est en effet postée à l’une des entrée du refuge à l’affût de ses proies.

 

Mais où sont nos amies les coccinelles ? Et bien il est évident que vous n’en trouverez pas encore dans votre refuge. La raison est simple, les coccinelles sont à cette période encore à l’extérieur en train de satisfaire leurs besoins vitaux (se reproduire, se nourrir,…). Lorsqu'arriveront les premiers froids d’automne, vous allez sûrement en voir venir se réfugier pour passer l’hiver à l’abri.

 

Conclusion : Ce gîte conçu au départ pour les coccinelles peut accueillir une multitude d’insectes durant des périodes très variées. Ce gîte sera fonctionnel pour les coccinelles au début de l’automne et durant tout l’hiver, et dès le printemps il pourra accueillir d’autres auxiliaires comme ceux vus précédemment.

Vous pouvez le fabriquer aisément par vous même avec un matériel rudimentaire, quelques planches et une perçeuse. Si vous souhaitez vous en procurer, nous en disposons de quelques exemplaires : jardinage-entomologique@hotmail.fr

Sébastien LEVRET

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article