Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Jardinage-entomologique

Les coccinelles figurent parmi les espèces les plus utiles. En effet, ce sont des prédateurs voraces et efficaces contre les insectes nuisibles (notamment les pucerons).

Mais une espèce originaire d’Asie est à l’origine d’un nombre croissant d’observations : La coccinelle asiatique (Harmonia axyridis).


Agglutinement de coccinelles sur certains murs de maisons, quel est ce phénomène ?

 

Dès le début de l’automne, les coccinelles se rassemblent généralement en grand nombre pour passer l’hiver. Il s’avère que nos maisons et bâtiments, dont certaines parties sont exposés au soleil attirent les coccinelles en général. Il n’est pas rare d’en voir ! Elles se regroupent parfois par centaines sur les murs des habitations, essayant même de rentrer à l’intérieur.

Des pullulations de coccinelles asiatiques ont déjà été observées en Belgique en 2001, mais se sont étalées sur d’autres territoires notamment en France.

D'où viens-tu et que fais tu?

Introduite de manière localisée en Europe pour lutter contre les pucerons, l’espèce Harmonia axyridis a été produite puis distribuée par plusieurs entreprises pour les horticulteurs et jadiniers. Comme ses cousines européennes, la coccinelle asiatique dévore de nombreux pucerons, ce qui en fait un auxiliaire du jardin intéressant. Elle passe l’hiver à l’état d’imago (adulte), et se reproduit au printemps. Mais si les conditions le permettent, il s’avère que plusieurs cycles de reproduction peuvent se succéder jusqu’à l’automne, d’où une telle pullulation.


La coccinelle asiatique peut s’attaquer à d’autres insectes que les pucerons (cochenilles et larves d’autres coccinelles).

Cette introduction pose-elle problème pour l’environnement ?

 
Du fait que ce phénomène est relativement récent et d’actualité, les mécanismes évolutifs pour cette espèce restent des questions non résolues.

Mais à partir d’observations de l’INRA, cette coccinelle polyphage est capable de résister au froid et semble capable de s’adapter à de nombreux milieux.

Néanmoins l’introduction d’une espèce exotique (non locale) entraîne bien souvent soit un déséquilibre transitoire de l’écosystème dans lequel l’espèce en question s’est installée. Soit le développement de sa population se fera au détriment d’une ou plusieurs autres espèces.

Aussi nous vous invitons à donner vos avis et observations personnelles à ce sujet!

 

Faut-il s’en débarrasser de nos habitations?

 

Il est évident que chacun a son avis sur la question, mais la coccinelle asiatique est, tout comme ses cousines européennes, utile en lutte biologique (raison pour laquelle elle fût introduite).

Il faut savoir que les coccinelles partent dès les premières chaleurs du printemps. Si elles ne dérangent pas, on peut les laisser où elles se sont installées (sous des toitures,…). Sinon, on peut les déloger et les réinstaller dans un endroit où elles ne gêneront pas. Vous pouvez même les installer dans un refuge adapté à leur hivernation. Voici ci-dessous le refuge type à coccinelles.

Pour plus d’informations vous pouvez nous contacter à l’adresse suivante : slevret@yahoo.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cécile 09/12/2008 00:40

Sujet hautement polémique......
En ce qui me concerne, et pour avoir assisté à la nette diminution des espèces autochtones de Coccinellidae après invasion de H. axyridis dans un jardin urbain....je n'ai pas trop envie de leur offrir un abri douillet......
Disons, que je les laisse se débrouiller toutes seules (ce qu'elles font fort bien)