Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Jardinage-entomologique

De nombreux auxiliaires recherchent des abris pour passer l’hiver (rameaux de plantes, écorces et cavités d’arbres, mousses épaisses,…). S’ils ne les trouvent pas dans le jardin, la plupart d’entre eux vont mourir lorsque arriveront les premières fortes pluies, le froid, le gel ou la neige.


Sous quelle forme hivernent-ils ?

 

Selon les espèces, les animaux hivernent sous leur forme adulte en état de vie ralentie (coccinelle, certains papillons,…), sous forme de chrisalides (nombreux papillons), de chenilles ou larves enterrées (cétoine,...), d’œufs déposés sur les plantes (pucerons,…) ou dans des cocons (araignées,…). Les adultes hivernants comme le Citron (…) sont parmi les plus vulnérables.


Chacun sa place.

 Pour échapper au froid, certains insectes comme la coccinelle ou encore la chrysope (voir photographie ci-dessous) essaient d’entrer dans les maisons en automne, attirées par la chaleur. D’ailleurs, il n’est pas rare d’en rencontrer sur les fenêtres.

Mais les conditions de vie à l’intérieur de la maison (chaleur, faible hygrométrie, perturbations sonores,…) ne leur  laissent guère de chance de survivre.


C’est pourquoi l’installation de refuges vise combler le déficit en abris naturels du jardin, notamment dans un petit espace et en ville. Elle permet de sauver une partie importante des populations d’auxiliaires qui seront ainsi plus nombreux au printemps suivant, pour lutter contre les premiers ravageurs (pucerons, chenilles,…)


 
Ne pas affamer les auxiliaires !

Pour maintenir une population d’auxiliaires suffisante, il faut savoir leur offrir à manger. Evidemment larves de coccinelle, syrphe ou encore de chrysope doivent régulièrement trouver des pucerons, petits acariens, faute de quoi elles mourront et les adultes quitteront votre jardin.

Cela devrait vous conduire à devenir beaucoup plus tolérant et à accepter la présence de petites populations de ravageurs lorsque les plantes cultivées ne sont pas menacées.

 

 Pour d’éventuelles informations sur la conception de refuges à insectes, n’hésitez pas à nous contacter par email : slevret@yahoo.fr

 

 




Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pierre 24/11/2008 20:13

bravo pour cet article et ce site! je connaissais les nichoirs à oiseaux, chauve-souris, hérissons, mais pas encore à insectes auxiliaires!!