Cétoine dorée, arrêtons le massacre!

Publié le par Jardinage-entomologique

Décomposeur et pollinisateur, à preuve du contraire la Cétoine dorée (Cetonia aurata) fait partie des insectes très utiles de notre jardin.

Bien souvent confondues aux larves de Hannetons appelées « vers blancs », elles se distinguent par leur régime alimentaire.



Cétoine, que fais-tu dans notre jardin ?

La cétoine adulte (ci-dessus) broute les fleurs, plus qu'elle ne les butine. Leurs larves se nourrisent uniquement de matières organiques en cours de décomposition, alors que celles des hannetons grignotent les racines des plantes du potager.

Les larves de cétoines (ci dessous) ne sont donc pas dangereuses pour les plantes vivantes.



Comment faire la différence entre larves de hanneton et de cétoine ?

La larve de hanneton à une grosse tête et une partie terminale peu renflée (voir ci-dessous), la larve de cétoine à une petite tête et une partie terminale très renflée.

 
Parlons comportement !

Les femelles pondent dès le mois de juin dans des amas de matière organique (terreau, bois décomposé, compost, fumier,...) et meurent ensuite. Les mâles seront visibles jusqu'en automne et suivront le même sort que leur compagne.

Les petites larves passent l'hiver dans leur substrat et poursuivront leur croissance qui peut être supérieure à 1 an.

Comment les protéger ?

Arrêtons simplement de détruire ces beaux insectes dont les larves sont d’actifs décomposeurs. Les rares petits méfaits des adultes sur les fleurs des roses sont tolérables.
Les larves peuvent très bien être transportées avec le compost dans votre jardin et ne causer aucun dégât !
Faites bien la distinction entre les larves de hannetons et de cétoines et arrêtons ce massacre!
Ci dessous vous trouverez une photographie d'un jardin mené en culture "bio" avec la présence de annuelle de nombreuses larves de Cétoine dorée (du fait d'amendements réguliers de terreau de feuilles).


Pour plus d'infos et de conseils "bio", veuillez nous contacter par email : jardinage-entomologique@hotmail.fr

 



 

Commenter cet article