Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Jardinage-entomologique

Les insectes ont le sang froid, si on les met à basse température, ils s'engourdissent progressivement. Si on les réchauffe, ils peuvent revenir à eux, dans certaines limites tout de même.

C'est l'une des raisons pour lesquelles on voit peu d'insectes voler en hiver, ils sont en général cachés sous des formes résistantes au froid, en repos jusqu'aux premier beau jour.

Le cas des abeilles est particulier, elles se réchauffent entre elles en formant une grappe. Cependant, en dehors de la grappe, elles ne peuvent vivre en dessous d'une certaine température. Par contre une fois isolée, elles doivent absolument rester au dessus de 7°C sinon elles s'engourdissent. C'est le cas lorsque l'une d'entre elle tombe sur la neige. Sa température peut alors tomber rapidement en dessous de 7°C et elle se retrouve piégée sur place. les quelques flocons qui l'entourent fondent pour lui former une petite cavité qui n'a rien de douillet.

Une fois "refroidie" elle est condamnée, à moins qu'une âme charitable la recueille rapidement pour la réchauffer.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Fabrice 31/12/2008 07:28

Merci pour ta réponse.
Le flux fonctionne parfaitement, cela me permettra d'être informé de chaque nouvel article.
@+

Fabrice 30/12/2008 14:09

As-tu un flux rss ? je ne le trouve pas...

Jardinage-entomologique 30/12/2008 23:57


Je viens d'en ajouter un, je ne suis pas très au fait de l'utilisation de ces outils. Indique moi si ça marche.

Merci pour ta visite


Fabrice 30/12/2008 14:08

Je ne comprends pas. Les abeilles produisent de la chaleur en mouvement uniquement (non ?), alors doivent-elle rester en mouvement jusqu'au printemps ? Mais dans ce cas elles consomment de l'énergie, se nourrissent-t-elle alors ?

Jardinage-entomologique 30/12/2008 23:53


Elles forment une grappe à l'intérieur de la colonie qui est effectivement toujours en mouvements. L'énergie provient des réserves de miel amassées, et par un astucieux dispositif,
l'augmentation ou la réduction du volume de la grappe, elles arrivent à économiser au maximum l'énergie produite.

Tout celà à l'échelle de la société, mais l'abeille individuelle est beaucoup plus vulnérable, d'où la photo.